REVUE DE PRESSE DU 18 12 2019

REVUE DE PRESSE DU 18 12 2019

 

Dans la revue de presse de ce mercredi, 18 décembre 2019, TOGOMATIN parle de ce tête- à- tête entre Faure E. Gnassingbé et Louise Mushikiwabo, en faisant savoir que l’OIF reconnait l’importance de ses relations avec le Togo. Le journal annonce que, la secrétaire générale de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), la rwandaise Louise Mushikiwabo est arrivée lundi dernier à Lomé pour une visite de 72h. Dès sa descente d’avion, signale le confrère, Mme Mushikiwabo a évoqué l’importance des relations que son institution entretien avec le Togo depuis quelques décennies. Selon la parution, la 1ère responsable de l’OIF aurait eu des rencontres avec les plus hautes autorités du pays.

***TOGOMATIN

TOGOMATIN s’intéresse aussi aux droits de l’homme en annonçant que les membres de la CNDH sont en session de formation. Afin de mieux remplir leur mission, relève le journal, les membres de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) sont en formation depuis hier, une formation qui leur permettra de renforcer leurs capacités sur le fonctionnement et l’importance des institutions nationales des droits de l’homme (INDH). Le confrère indique que, la formation a pour thème : «  Mise en œuvre du mandat de promotion et de protection des droits de l’homme d’une INDH, conformément aux principes de Paris ». Elle est organisée conclut la parution avec l’appui technique et financier de l’association francophone des commissions nationales des droits de l’’homme (AFCNDH) et de  l’Organisation  Internationale de la Francophonie (OIF).

*** LA LANTERNE

LA LANTERNE met à sa 1ère page : ″ ARMP ; la société civile et des médias outillés sur le sujet″. Le journal nous informe que, les acteurs de la  société civile et des médias ont pris part à une formation sur «  le contrôle citoyen des marchés publics ». Organisée par l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP), poursuit l’hebdomadaire, cette session qui s’est déroulée du 11 au 13 décembre 2019, visait à renforcer les capacités des participants sur le contrôle citoyen des marchés publics.